Étude innovante : l'imagerie chimique dévoile des aspects cachés de l'art égyptien

par Tatsuya Nakamura
5 commentaires
Ancient Egyptian Art

Une étude utilisant une technologie portable d’imagerie chimique a révélé des modifications inédites dans les peintures égyptiennes anciennes, impliquant l’existence d’éléments historiques et symboliques plus profonds. Cette étude a été dirigée par Philippe Martinez de l'Université de la Sorbonne, en France, et menée en partenariat avec l'Université de Liège, en Belgique.

La recherche, publiée dans la revue PLOS ONE, a utilisé l'imagerie chimique portable pour analyser les peintures dans leur cadre d'origine, fournissant ainsi un aperçu de la composition et des couches de peinture ainsi que l'identification des modifications apportées à ces œuvres d'art anciennes.

L'une des principales découvertes concernait des altérations de deux peintures provenant de chapelles funéraires de la nécropole thébaine, datant de la période ramesside. Le premier tableau montrait une modification dans le positionnement du bras d'un personnage, tandis que le second révélait plusieurs ajustements de la couronne et d'autres insignes royaux dans une représentation de Ramsès II.

Ces découvertes remettent en question la croyance dominante selon laquelle de telles altérations sont rares dans l’art ancien et soulignent la nécessité d’investigations plus approfondies. L'étude démontre l'efficacité de l'imagerie chimique portable dans l'analyse des peintures anciennes in situ et encourage une utilisation plus étendue de cette technologie dans les recherches futures.

Cette recherche a été soutenue par diverses institutions, dont le projet DIM Analytics IMAPAT, Ile-de-France, l'Agence nationale de la recherche dans le cadre du programme Investissements d'avenir, et la Politique scientifique fédérale belge à travers le programme FED-tWIN.

Pour plus d’informations sur cette recherche révolutionnaire, reportez-vous à l’article de la revue PLOS ONE intitulé « Hidden mysteries in Ancient Egypt Paintings from the Theban Necropolis Observed by in-situ XRF mapping », publié le 12 juillet 2023.

Foire aux questions (FAQ) sur l’art égyptien antique

Que révèle la récente étude sur les peintures égyptiennes ?

L’étude révèle des altérations auparavant cachées dans les peintures égyptiennes anciennes, suggérant des couches historiques et symboliques plus profondes. Ceci a été réalisé grâce à l’utilisation d’une technologie d’imagerie chimique portable.

Qui a mené l’étude sur les peintures égyptiennes et où a-t-elle été publiée ?

L'étude a été dirigée par Philippe Martinez de l'Université de la Sorbonne, en France, en collaboration avec l'Université de Liège, en Belgique, et publiée dans la revue en libre accès PLOS ONE.

Quelles découvertes significatives ont été faites dans les peintures égyptiennes ?

Deux découvertes majeures comprenaient la modification de la position du bras d'un personnage dans un tableau et des ajustements de la couronne et des insignes royaux dans un portrait de Ramsès II dans un autre, indiquant des changements dans la signification symbolique au fil du temps.

Comment cette étude change-t-elle notre compréhension de l’art égyptien antique ?

L’étude remet en question la croyance selon laquelle les altérations des peintures égyptiennes anciennes sont rares et souligne l’importance de l’analyse in situ à l’aide d’une technologie d’imagerie chimique portable pour une compréhension plus approfondie de ces œuvres d’art.

Quelle technologie a été utilisée dans cette étude des peintures égyptiennes ?

Une technologie d'imagerie chimique portable a été utilisée pour analyser la composition et les couches de peinture et identifier les altérations des peintures dans leur contexte d'origine.

Quelle est l’importance de cette recherche pour les études futures sur l’art ancien ?

Les résultats plaident en faveur d’une inspection plus systématique et approfondie des peintures égyptiennes à l’aide d’une caractérisation physicochimique, soulignant le potentiel de l’imagerie chimique portable dans la recherche en histoire de l’art.

En savoir plus sur l’art égyptien antique

  • Article du journal PLOS ONE
  • Recherche Sorbonne Université
  • Collaboration Université de Liège
  • Technologie d'imagerie chimique portable
  • Analyse de l’art de Ramsès II
  • Étude sur les peintures de la nécropole thébaine
  • Histoire de l’art de l’Égypte ancienne

Tu pourrais aussi aimer

5 commentaires

Sarah Brun décembre 19, 2023 - 8:51 pm

on se demande un peu ce qui se cache d'autre dans l'art du passé, peut-être y a-t-il d'autres secrets à découvrir !

Répondre
Jane Smith décembre 20, 2023 - 5:35 am

C'est fascinant ! c'est comme si nous redécouvrions l'histoire… qui savait quels secrets ces peintures détenaient ?

Répondre
John Doe décembre 20, 2023 - 9:51 am

wow, je n'aurais jamais cru qu'ils pouvaient trouver de nouvelles choses dans de vieilles peintures comme celle-ci, la technologie est incroyable de nos jours !

Répondre
Alex Lee décembre 20, 2023 - 10:16 am

Philippe Martinez semble faire un travail révolutionnaire, je dois consulter davantage ses recherches.

Répondre
Mike Johnson décembre 20, 2023 - 1:05 pm

intéressant mais je suis curieux de savoir comment ils s'assurent de ne pas endommager les peintures avec ce truc d'imagerie chimique ?

Répondre

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

SciTechPost est une ressource Web dédiée à fournir des informations à jour sur le monde en évolution rapide de la science et de la technologie. Notre mission est de rendre la science et la technologie accessibles à tous via notre plateforme, en réunissant des experts, des innovateurs et des universitaires pour partager leurs connaissances et leur expérience.

S'abonner

Abonnez-vous à ma newsletter pour de nouveaux articles de blog, des conseils et de nouvelles photos. Restons informés !

© 2023 SciTechPost

fr_FRFrançais