Bactéries programmables : un traitement révolutionnaire contre le cancer $1

par Klaus Müller
5 commentaires
Engineered Bacteria Cancer Therapy

Les chercheurs sont pionniers dans l’utilisation de bactéries synthétiques programmables comme méthode d’élimination des cellules cancéreuses, un projet dirigé par Texas A&M Engineering.

https://www.eurekalert.org/news-releases/1009258

https://chat.openai.com/c/6cfb1180-0a40-409b-b230-817e653d2c44

Un projet révolutionnaire de $20 millions dirigé par la Texas A&M University vise à créer une thérapie anticancéreuse abordable au prix de seulement $1.

Imaginez un monde où le cancer pourrait être guéri avec un seul dollar de traitement.

Un effort collectif de plusieurs universités, soutenu par des subventions fédérales, est en cours pour concevoir un traitement bactérien efficace contre le cancer. Cette approche innovante vise à accroître la sécurité des traitements en ciblant plus précisément les cellules cancéreuses, le tout au sein d’un seul traitement $1.

Les traitements traditionnels contre le cancer, tels que la radiothérapie et la chimiothérapie, entraînent souvent des effets secondaires néfastes et peuvent varier en efficacité. Les charges financières constituent également une préoccupation importante, de nombreux patients atteints de cancer étant confrontés à de graves difficultés financières en raison des coûts élevés du traitement. Un rapport du Cancer Action Network de l’American Cancer Society a révélé qu’un pourcentage considérable de survivants du cancer s’inquiètent des coûts du traitement et que nombre d’entre eux contractent des dettes médicales. En revanche, ce nouveau projet vise à créer un traitement à la fois très efficace et rentable.

L'Université du Missouri, en collaboration avec l'Université Texas A&M, dirige cette initiative, financée par une subvention de $20 millions de l'Advanced Research Projects Agency for Health (ARPA-H). Ce projet de quatre ans fait partie de l'initiative Cancer Moonshot menée par l'administration actuelle, visant à stimuler le financement de la recherche sur le cancer. Il s'agit de l'un des projets inauguraux de l'ARPA-H, une agence nouvellement créée qui se concentre sur la création de solutions de santé efficaces.

Techniques pionnières d’analyse cellulaire

$12 millions de dollars de la subvention sont alloués à la Texas A&M Engineering Experiment Station/Texas A&M, où les Drs. Arum Han, Jim Song et Chelsea Hu sont à l'avant-garde du développement de bactéries synthétiques programmables pour la destruction immunitaire (SPIKE). Ces bactéries sont conçues pour aider les cellules T à éradiquer les cellules cancéreuses et sont conçues pour s’autodétruire et quitter le corps en toute sécurité une fois leur tâche terminée.

Le Dr Han souligne que les SPIKE ciblent spécifiquement les cellules tumorales sans affecter les cellules saines, améliorant ainsi considérablement la sécurité des patients. Son laboratoire se concentre sur la création de systèmes microfluidiques à haut débit pour cribler rapidement des produits thérapeutiques bactériens. Ces systèmes combinent microfabrication et biotechnologie, permettant une analyse unicellulaire précise et rapide.

Le Dr Han souligne également le défi technique que représente la création de microdispositifs capables d’effectuer des millions de tests automatisés avec une intervention humaine minimale.

Améliorer la réponse immunitaire aux tumeurs

Le Dr Song, grâce à son expertise en immunologie et en immunothérapie bactérienne, travaille à l'amélioration de la bactérie Brucella Melitensis. Cette bactérie est connue pour renforcer l’immunité médiée par les lymphocytes T contre les tumeurs et est actuellement améliorée pour traiter divers cancers.

Pendant ce temps, le Dr Hu veille à ce que le traitement bactérien reste sûr et contrôlable. L'équipe utilise une souche atténuée de Brucella, génétiquement modifiée pour des raisons de sécurité. Ils travaillent à contrôler la croissance et la localisation des bactéries dans les environnements tumoraux et à les concevoir pour qu'elles s'autodétruisent après le traitement.

Effort de collaboration et perspectives d’avenir

Ce projet collaboratif inclut également les Drs. Zhilei Chen et Xiaoning Qian, avec le Dr Paul de Figueiredo de l'Université du Missouri comme chercheur principal. Le Dr Han met l'accent sur l'accent mis par le projet sur la sécurité, la rentabilité et le traitement ciblé. L'équipe est ravie d'être soutenue par l'ARPA-H et d'utiliser des méthodes non conventionnelles pour relever des défis de santé importants.

Les applications potentielles de cette recherche s’étendent au-delà du traitement du cancer. De futurs projets pourraient explorer l’utilisation de bactéries modifiées dans le traitement de maladies auto-immunes comme le diabète de type 1 et la polyarthrite rhumatoïde, marquant ainsi une nouvelle ère dans le traitement médical. Cette approche innovante pourrait modifier considérablement le paysage médical, offrant ainsi un nouvel espoir et un avenir plus sain à des millions de personnes.

Foire aux questions (FAQ) sur le traitement du cancer par des bactéries artificielles

Quel est le nouveau traitement contre le cancer développé par la Texas A&M University ?

Les chercheurs de la Texas A&M University, en collaboration avec l’Université du Missouri, développent un traitement révolutionnaire contre le cancer utilisant des bactéries synthétiques programmables. Cette méthode vise à cibler avec précision les cellules cancéreuses, améliorant ainsi la sécurité et l’efficacité du traitement, le tout dans le cadre d’un traitement $1 très abordable.

Comment fonctionne la nouvelle thérapie contre le cancer ?

La thérapie implique l’ingénierie de bactéries, en particulier de bactéries synthétiques programmables pour tuer le système immunitaire (SPIKE), pour aider les cellules T à attaquer les tissus cancéreux. Ces bactéries sont conçues pour cibler uniquement les cellules tumorales, minimisant ainsi les dommages causés aux cellules saines, et sont programmées pour s'autodétruire et quitter le corps en toute sécurité une fois leur tâche terminée.

Qu’est-ce qui différencie ce traitement du cancer des méthodes traditionnelles ?

Contrairement aux traitements traditionnels comme la chimiothérapie et la radiothérapie, qui entraînent souvent des effets secondaires graves et une efficacité variable, cette nouvelle approche cible spécifiquement les cellules cancéreuses, réduisant ainsi les dommages causés aux tissus sains. De plus, son coût projeté de $1 par traitement répond au fardeau financier souvent associé aux soins contre le cancer.

Qui finance cette recherche sur le traitement du cancer ?

La recherche est financée par une subvention de $20 millions de l'Agence des projets de recherche avancée pour la santé (ARPA-H) dans le cadre de l'initiative Cancer Moonshot. Cette initiative vise à faire progresser la recherche sur le cancer et est soutenue par l’administration actuelle.

Quelles sont les applications futures de cette recherche ?

Au-delà du traitement du cancer, l’équipe de recherche vise à utiliser des bactéries modifiées similaires pour traiter des maladies auto-immunes comme le diabète de type 1 et la polyarthrite rhumatoïde. Cela représente une avancée significative dans la science médicale, transformant potentiellement les approches thérapeutiques pour diverses maladies.

En savoir plus sur la thérapie contre le cancer par des bactéries artificielles

Tu pourrais aussi aimer

5 commentaires

Sarah K. décembre 22, 2023 - 11:11 am

J'ai déjà entendu parler du Cancer Moonshot, mais cela le porte à un tout autre niveau. Bon travail Texas A&M, je vous encourage les gars.

Répondre
Jane Doe décembre 22, 2023 - 2:59 pm

Wow, c'est incroyable ! Je ne peux pas croire qu'ils fabriquent un traitement contre le cancer qui ne coûte que $1. Cela va changer la donne, c'est sûr.

Répondre
Mike Johnson décembre 22, 2023 - 6:05 pm

donc ils utilisent des bactéries pour combattre le cancer ? c'est un truc de science-fiction là. J'espère que ça marche vraiment comme on dit.

Répondre
Dave B. décembre 23, 2023 - 4:21 am

une subvention de $20 millions, c'est énorme ! Je me demande cependant combien de temps avant de voir cela dans les hôpitaux. On croise les doigts pour que ce soit bientôt.

Répondre
Émilie R. décembre 23, 2023 - 4:55 am

Cela pourrait aider de nombreuses personnes qui n’ont pas les moyens de se permettre les traitements actuels contre le cancer. Un travail incroyable des chercheurs, qui sauve vraiment des vies.

Répondre

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

SciTechPost est une ressource Web dédiée à fournir des informations à jour sur le monde en évolution rapide de la science et de la technologie. Notre mission est de rendre la science et la technologie accessibles à tous via notre plateforme, en réunissant des experts, des innovateurs et des universitaires pour partager leurs connaissances et leur expérience.

S'abonner

Abonnez-vous à ma newsletter pour de nouveaux articles de blog, des conseils et de nouvelles photos. Restons informés !

© 2023 SciTechPost

fr_FRFrançais